Volte-face : La RATP rend (enfin !) accessible publiquement son plan de métro

Après avoir demandé la suppression de l’application mobile CheckMyMetro, lui reprochant de proposer gratuitement la carte du métro de Paris, la RATP vient de rendre accessible sous licence libre ce même plan, un an après la polémique. Une initiative saluée par CheckMyMetro, bien que jugée encore insuffisante.

Un virage à 180°

Jusqu’à peu, il était interdit de reproduire la carte officielle du métro parisien librement. En effet, la régie du transport parisien revendiquait la propriété intellectuelle de son plan et en restreignait donc l’usage.

CheckMyMetro en avait fait les frais au mois de Juin 2011. Cette application mobile qui permet à ses utilisateurs de partager des informations utiles et divertissantes sur leurs trajets de métro (localisation de musiciens insolites ou d’incidents par exemple) avait été amenée à retirer la carte du métro parisien et l’accès aux horaires de son application iPhone sous peine de suppression de l’Appstore. Son fondateur Benjamin Suchar avait alors déploré une position contraire à l’ouverture des données publiques ou « Open Data », qui favoriserait selon de nombreux acteurs un écosystème propice à l’innovation, avec un marché évalué à 27 milliards d’euros par an par la Commission Européenne. Afin de sensibiliser l’opinion sur l’opportunité que représente l’Open Data, CheckMyMetro avait alors lancé avec Creads un concours pour imaginer une nouvelle carte de métro libre de droits. Plus de 70 créateurs y avaient participé, proposant une centaine de plans permettant de réinventer la carte du métro. Devant ce grand succès, le Conseil National du Numérique par la voie de son ex-président Gilles Babinet avait estimé que « les grandes entreprises, en premier lieu desquels la RATP, seraient bien inspirées d’accompagner [l’Open Data], qui peut considérablement renforcer la qualité des services qu’elles offrent à leurs clients. »

C’est désormais chose faite. Plus d’un an après, la RATP fait savoir via son site web qu’elle a finalement « choisi de s’associer à la démarche globale d’ouverture des données publiques ». Elle rend accessible, outre son plan de métro, les positions géographiques des stations, les données de la qualité de l’air ou même la liste des commerces de proximités du métro. « C’est une grande victoire », se félicite Benjamin Suchar, fondateur de CheckMyMetro : « devant la mobilisation de la communauté, la RATP a compris l’incroyable opportunité que représentait l’open data pour ses usagers en s’alliant avec l’écosystème de développeurs et d’entrepreneurs ».

Le plus dur reste à faire

Saluant cette belle avancée, CheckMyMetro souligne cependant que les principales données réutilisables, à savoir les horaires des métros en temps réel, restent fermées. La start-up invite ainsi la RATP à poursuivre son effort pour permettre non seulement à de nouveaux services d’émerger mais également pour offrir plus de transparence aux usagers. La start-up lancera d’ailleurs à la rentrée une mise à jour de son application iPhone avec de nombreuses nouveautés.

L’application CheckMyMetro Paris est disponible sur l’Appstore ainsi que sur l’Android Market

Android, iPhone / iPad / iPod, Logiciels , , , , , ,

Comments are closed.